Fini la "Machaya": 5 Bonnes Raisons pour Adopter la Motricité Libre - Attfal

Fini la “Machaya”: 5 Bonnes Raisons pour Adopter la Motricité Libre

Quoi de plus réjouissant que de voir son enfant grandir, or dans cette aventure beaucoup de parents se voient donner des conseils afin de booster le développement moteur de leur bambin, de la part de l’entourage familial et même quelques professionnels de la santé, vers 5 à 8 mois, il faudra qu’il sache se tenir assis, donc le bébé est aidé par des coussins, dès qu’il commence à se mettre debout vers 9 ou 10 mois, ou un peu plus tard, il est temps de le placer en trotteur, la fameuse « machaya » pour l’aider à marcher plus vite. Or ces pratiques même si elles semblent correctes, freinent l’enfant au lieu de l’aider à se développer.

Et s’il y avait une autre alternative à tout ça ? Oui : La motricité libre.

La motricité libre, c’est quoi au juste ??

La motricité libre consiste tout simplement à laisser l’enfant libre de ses mouvements sans les lui enseigner ni l’aider à évoluer, lui permettant ainsi d’explorer son propre corps, et son environnement pour se développer selon son rythme.

“Laisser l’enfant libre de ses mouvements

sans les lui enseigner ni l’aider à évoluer”

 

Cette approche est apparue dans les années 60 ou le Dr Emmi Pickler, pédiatre et directrice d’une pouponnière à Loczy, Budapest, observant le développement des enfants est convaincue qu’ils ont la capacité de se développer tout seuls sans intervention aucune de l’adulte et ceci dans un ordre bien précis.

Les 5 raisons pour adopter la motricité libre :

1. Un développement naturel :

Selon son rythme physiologique, un enfant qui aura appris tout seul à se mouvoir, est capable de traverser les stades de son développement sans aucune stimulation extérieure. En motricité libre, il a l’occasion de faire ses expériences et ses découvertes seul, ce qui l’aide à évoluer plus vite. Entraver ses manœuvres à l’aide de trotteur, de cale bébés, et de transat fige ses mouvements et retardent significativement son évolution. Or cette dernière s’acquiert tout naturellement en le laissant tout simplement libre de bouger.

 

2. Un enfant qui a confiance en lui :

Quand un enfant découvre seul ses mouvements et réussit de son propre chef à se retourner, à se mettre assis, ramper et se mettre debout, il voit sa confiance grandir, il est fier de ses accomplissements qui le mènent indéniablement à entreprendre d’autres initiatives et découvertes. Quand l’enfant est acteur de son propre développement, cette confiance développée dans sa petite enfance a aussi des effets palpables sur sa vie d’adulte, où ses premières acquisitions jouent un rôle important dans le bien-être de son corps aussi bien que les relations avec les autres.

 

3. Une autonomie acquise :

Étant libre de ses mouvements, l’enfant apprend petit à petit à devenir autonome. Le champ de sollicitation d’une tierce personne se réduit, il a de plus en plus envie d’accomplir d’autres découvertes en toute autonomie plus-tard : manger seul, s’habiller, se laver… ce qui n’est pas négligeable.

 

4. La sécurité de l’enfant :

Moins d’accidents sont enregistrés quand l’enfant n’est pas poussé à une position qu’il ne maitrise pas. Le laisser libre de ses mouvements l’aide à mieux apprivoiser son corps et son espace, par conséquent il sera plus prudent. Il est à noter que l’utilisation du trotteur est interdite dans certains pays, pour cause de risque d’accidents élevé. Un enfant ne peut se défaire seul d’un trotteur si ce dernier se retourne, un moment d’inattention et une chute en escalier peut s’avérer très grave.

 

5. Avantage pécuniaire :

Un trotteur (Machaya) peut varier entre 5000 DA allant jusqu’à 25000 DA pour certaines marques, pour une utilisation d’à peine 3 mois. Une somme pareille, qui n’est pas des moindres, est vite économisée, juste en laissant l’enfant évoluer librement et à son rythme.

L’adulte même s’il n’intervient pas en motricité libre, doit quand même avoir un œil sur l’enfant, d’une part pour l’observer et l’encourager dans ses découvertes, d’autres part pour prévenir une possible chute, tout ceci en faisant confiance dans les capacités de l’enfant.

Pour finir …

Voici quelques dessins reprenant les grands principes de la motricité libre (source des illustrations) :

 

 

 

N.G

 

Comments

Add a comment

mood_bad
  • No comments yet.
  • chat
    Add a comment
    keyboard_arrow_up